navigation

Les signes d’ALLAH le tres haut 21, novembre, 2010

Posté par ali muslim dans : les signes , ajouter un commentaire

Voici la fille d’un frere convertis a l’islam née le mercredi 10 novembre

sonia1.jpgsonia4.jpg

sonia2.jpg

 « Nous leur montrerons Nos signes dans l’univers et
en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’il leur devienne évident. »
V53 Sourate 41

 

 

une verité commune

Posté par ali muslim dans : avant propos , ajouter un commentaire

Une vérité commune et essentielle trop souvent et trop vite évacuée……….. 

As-Salâmu ’alaykum wa rahmatoullâhi wa barakâtuhu :

Image du Blog marie-fatima.centerblog.net
Plus d’images sur marie-fatima.centerblog.net.

 

 

 

    le prophéte (صلى الله عليه وسلم ) a dit: « Réfléchissez sur la nature des créatures de Dieu,mais n’essayer pas d’imaginer comment et Dieu,de tous façon,vous ne pouvez,saisir l’étre supréme. »

  (hadith cité par Abû Na’im dans al-Hilya)

Nous sommes tous les enfants du trés noble serviteur de L’Unique , d’Adam , calife du créateur.

 

Le Coran par son contenu rappelle la bible , un rappel des messages antérieurs , un dernier rappel avant le jugement Dernier .

Les gens du livre y sont directement interpelés. Allah les rappelle au souvenir de la Torah,des Psaumes,de L’Evangile, à la méditation de ces messages et à leur application.

Ce n’est pas parce que la Torah était fausse qu’Allah a envoyé Issa ( jesus ), mais au contraire , c’etait pour la confirmer et l’accomplir.
Issa n’a jamais désobéi à cette Torah , loi Divine adressé aux fils  d’israël , et aux Chréthiens , leurs héritiers jusqu’à Mohammad (صلى الله عليه وسلم
).

Et ce n’est pas pour abolir le message de Issa (paix sur lui) qu’Allah a donné la Révélation Coranique ,mais pour confirmer et compléter ce message que le messie d’Israël n’avait pu délivrer dans de bonnes conditions , suite  à la rebellion des juifs contre lui.

 

Jésus (issa) (alayhim salam) a dit :

 

5.4 Heureux ceux qui pleurent car Dieu les consolera !

5.6 Heureux ceux qui ont faim et soif de vivre comme Dieu le demande , car Dieu exaucera leur désir !

5.10 Heureux ceux qu’on persécute parce que parce qu’ils agissent comme Dieu le demande car le royaume des cieux et à eux !

Voila ce que Jésus a dit de celui qui changera les commandements  de la loi :

5.17  « Ne pensez pas que je sois venu suprimer la loi de Moïse et l’enseignement des prophétes,je ne suis pas venu pour  les suprimer mais pour leur donner tout leur sens « 

 5.18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 5.19 Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux  

Mathieu   Chapitre 5 ;4-6-10-17-18-19

 

 

Ma Miséricorde embrasse tout.Je l’inscrirai pour ceux qui pratiquent la piété,font l’aumône et croient en Nos Signes,qui suivent l’Envoyé,le Prophète illettré qu’ils trouvent mentionné dans la Torah et l’évangile,qui leur ordonne le bien,et les met en garde contre ce qui est blâmable,déclare licite pour eux ce qui est bon,et illicite ce qui est impur, les dégages des contraintes et des carcans qui les entravent.” 

Coran7:156-157

C’est lui qui a fait descendre sur toi (Ô Muhammad) le livre (le Qour’ân);il s’y trouve des versets sans équivoque,qui la base du livre,et d’autres versets qui peuvent prèter à des interprétations diverses.Les gens,donc,qui ont aux COEURS une inclinaison vers l’égarement,mettent  l’accent sur les versets à équivoque,cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation,alors que nul n’en connait l’interprétation,à par Allah,mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent:”Nous y croyons,(aux versets clairs comme ceux à équivoque):tout est de la part de notre seigneur!”Mais seuls les doués d’intelligence s’en rappellent.

Coran3:7

  

instrumentaliser les religions :

Posté par ali muslim dans : infos , commentaires desactivés

bushdiscoursunionframe.jpgpapesarkozy.jpg

Instrumentaliser  les religions

                      « Quand Les hommes  veulent un pourvoir , Une  richesse , ou une gloire .

                      Ils interprètent Dieu l’unique a   leur  façon « 

Dieu ou l’argent:

Evangile-matthieu Chapitre 6;24: 

  » Personne ne peut servir deux maîtres : Ou bien il haïra le premier et aimera le second ; Ou bien il s’attachera au premier et méprisera le second.Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent.« 

Et dans tous les religions  et même cher les laïques ( intégristes), il existe toujours ces manipulateurs de croyants ou non croyants, assoiffé de pouvoirs prés a tous . 

l’attitude de ces personnes selon l’Islam:

«  Il est des hommes qui disent :Nous croyons en Dieu et au jour dernier , et cependant ils ne sont pas du nombre des croyants. »

« Ils cherchent à tromper Dieu et ceux qui croient ,mais ils ne tromperont  qu’eux mêmes et ils ne le comprennent pas«  

  »Et quand on leur dit : “Ne semez pas la corruption sur la terre”, ils disent : “Au contraire nous ne sommes que des réformateurs !  »

  »Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s’en rendent pas compte. » 

  »Et quand on leur dit : “Croyez comme les gens ont cru”, ils disent : “Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit ? ” Certes, ce sont eux les véritables faibles d’esprit, mais ils ne le savent pas.«  

  »Quand ils rencontrent ceux qui ont cru, ils disent : “Nous croyons”; mais quand ils se trouvent seuls avec leurs diables,  ils disent : “Nous sommes avec vous; en effet, nous ne faisions que nous moquer (d’eux)”.

[sourate II ,verset 8-9-11-12-13-14-]

leur maladie:

 » Une infirmité siége dans leur coeurs ,et Dieu ne fera que l’accroître;……….. » [sourate II ,verset 10]

____________________________________

DAVID F. LLOYD
traduit par Gaël Feltracco

Ce n’est pas le cas du Dieu de la Bible, qui affirme être le Tout-Puissant, qu’aucun artiste ne peut représenter. En effet, le deuxième commandement interdit expressément et condamne l’adoration d’images.


À la fin du septième siècle, l’Église avait adopté une position qui était contraire à celle de l’Église ancienne. Cette décision importante dans l’histoire de l’art et de l’Église eut lieu en 692 au concile in Trullo. Dans son canon 82, le concile « décret[a] que la représentation humaine de l’Agneau qui ôte le péché du monde, Christ notre Dieu, soit désormais exposé sous la forme d’images, et non sous la forme de l’agneau ancien » (Philip Labbe et Gabriel Cossart, Sacrosancta Concilia 6.1124).À la fin du septième siècle, l’Église avait adopté une position qui était contraire à celle de l’Église ancienne. Cette décision importante dans l’histoire de l’art et de l’Église eut lieu en 692 au concile in Trullo. Dans son canon 82, le concile « décret[a] que la représentation humaine de l’Agneau qui ôte le péché du monde, Christ notre Dieu, soit désormais exposé sous la forme d’images, et non sous la forme de l’agneau ancien » (Philip Labbe et Gabriel Cossart, Sacrosancta Concilia 6.1124).À partir de cette époque, l’art chrétien a commencé son lent voyage de l’art de Byzance stéréotypé, cependant coûteux, avec son choix étroit de représentations et de styles ainsi que son manque général d’imagination artistique et de créativité. Et finalement le réalisme épanoui de la Renaissance arriva, avec Mantegna, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Botticelli, Correggio, Raphaël et les maîtres plus tardifs tel que Rubens, Titien et Gian Lorenzo Bernini.

Mais tout d’abord il y eut le huitième siècle et la période iconoclaste (destruction de représentations) de l’Empire romain oriental, période pendant laquelle le progrès de la représentation littérale s’est heurté, de manière compréhensive, à une résistance considérable. Ordonnant la destruction des images religieuses à la fois dans les Églises et les maisons, l’empereur byzantin Léon III (717-741) – chrétien orthodoxe à tous égards – chercha à anticiper les forces en marche de l’islam, qui considéraient un certain genre d’art chrétien comme étant blasphémateur.

Les actions de Léon le mirent en conflit avec les primats de l’Église occidentale, Grégoire II et Grégoire III. En 787, dans une résolution terminant la première période iconoclaste, le deuxième concile oecuménique de Nicée établit une différence entre l’image et la personne représentée par l’image. C’était une distinction subtile, mais une distinction que tout le monde n’allait pas accepter, à l’époque ou à l’heure actuelle.

Une seconde période moins iconoclaste, dans la première partie du neuvième siècle, se termina par la réaffirmation de la décision du deuxième concile de Nicée. Par la suite le premier dimanche du grand carême célébra le « triomphe de l’orthodoxie » en Occident, et l’Église orientale établit sa « fête de l’orthodoxie ». À présent, les iconoclastes étaient les hérétiques.

Une vraie ressemblance ?

Différents thèmes commencèrent à faire leur apparition une fois que l’iconographie fut sanctionnée par les deux branches de l’Église. Des icônes officielles du « Christ Pantokrator », ou « Maître de toutes choses » à la manière d’un souverain et d’un juge, sont apparues à partir du 10ème siècle et pendant tout le reste de la période byzantine.

Pendant ce temps, les notions de ce à quoi le Christ ressemblait prirent une certaine assurance, grâce à l’apparition de certaines « vraies ressemblances miraculeuses ». Au Moyen-Âge, peu de personnes doutaient de connaître enfin l’apparence du Christ. Les pèlerins affluaient à la basilique Saint-Pierre à Rome pour regarder son image sur le « voile de Véronique », ou sudarium. D’après la légende, une femme nommée Véronique avait offert un voile au Christ, afin qu’il puisse essuyer son visage de la transpiration sur son chemin menant à la crucifixion. Il était dit que sa « vraie image » (du latin vera icon, d’où provient, peut-être par un jeu de mots, le terme « Sainte Véronique ») s’était miraculeusement imprimée sur le voile. Véronique est un personnage apparaissant dans la version latine des « Actes de Pilate », une œuvre du deuxième siècle traitant de la mort du Christ. Dans la version grecque, elle est appelée Bérénice et l’on prétend que c’était la femme que Christ guérit d’un problème de perte de sang (Marc 5 : 25-34), même si la Bible elle-même n’identifie pas clairement la femme.

Dante écrivit quelques années après l’année sacrée de jubilé de 1300, époque où les pèlerins  vinrent voir le voile de Véronique : « Mon seigneur Jésus-Christ vrai Dieu, ainsi était donc votre visage ? » (Le paradis, chant XXXI).

Véronique apparaît dans La procession au calvaire, une peinture à l’huile de Ridolfo Ghirlandaio, datant de 1505 et représentant Christ qui porte la croix. Il lui donne le voile sur lequel apparaît clairement l’image de son visage. Le voile de Véronique fut également représenté par des artistes comme Albrecht Dürer et Francisco de Zurbarán, ainsi que tout un groupe d’artistes de moindre importance du 15ème siècle qui, associés à des marchands, gagnèrent leur vie seulement en vendant des images de même style aux pèlerins.

L’âge d’or de l’art religieux occidental dura environ du 10ème au 18ème siècle, d’innombrables statues, peintures murales, fresques, peintures à l’huile et livres explicatifs ayant été commandés ou crées en tant qu’œuvres de piété. Les sujets favoris étaient basés, bien évidemment, sur les fêtes de Noël et de Pâques, célébrant la nativité et la crucifixion.

La face moderne de l’iconoclasme

Quelle que soit votre opinion sur l’iconographie, il n’y a aucun doute que certaines des plus grandes œuvres, en terme de compétence pure et de qualité, ont été produites autour des thèmes religieux représentant Dieu (en particulier le Christ) et ses relations avec l’humanité. La plupart des artistes, vivant à des époques où la croyance religieuse était incontestée, ont produit des œuvres religieuses – certains même ne faisant que des œuvres religieuses. Il est difficile de penser à un maître comme Michel-Ange sans considérer son impressionnant plafond panoramique de la chapelle Sixtine ou ses pietà poignantes en marbre.

La Réforme protestante fut l’un des facteurs qui rompirent le charme de l’iconographie pour la plus grande partie du monde occidental. Les Anglais eurent leur propre période iconoclaste pendant le protectorat d’Oliver Cromwell au 17ème siècle, de nouveau basé sur le deuxième commandement. Les fanatiques puritains brûlèrent, écrasèrent ou mutilèrent beaucoup d’icônes et d’édifices religieux.

À partir du 20ème siècle, l’art fut autant utilisé pour remettre en question et ridiculiser les idées portant sur Dieu que pour les exalter. À l’heure actuelle, nous constatons toujours plus de banalité, de trivialité, d’irrévérence et de blasphème de la part de certains artistes. Et dans ce siècle cynique, la question de savoir si l’outil iconoclaste le plus puissant est la force brute ou le scepticisme moqueur, est discutable.

Le visiteur de la National Gallery de Londres trouvera l’une des collections de tableaux à thème chrétien les plus vastes du monde. Par contraste avec la National Gallery et ses chefs-d’œuvre pesants, l’exposition itinérante intitulée « 100 Artists See God » (100 artistes voient Dieu) à l’Institut d’Art Contemporain, au début de l’année 2005, comportait de nombreuses références à Dieu, indirectes ou frivoles, mais peu de graphiques. Parmi elles, il y avait un tableau d’un urinoir surnommé Sans titre (Dieu)et une femme nue, lévitant au-dessus d’un prêtre faisant ses dévotions et une grenouille crucifiée en bois. L’armoire à pharmacie pleine de médicaments de l’artiste anglais Damien Hirst a soulevé la question de savoir si Dieu voit, comprend ou se soucie des souffrances humaines. Alors que l’art religieux est souvent galvaudé et abrutissant, cette exposition peut être considérée comme étant dépourvue de tout intérêt – religieux, artistique ou intellectuel. Comme un commentateur l’a résumé, « les artistes ne paraissent plus capables de regarder Dieu en face. »

Pourtant la question de la validité de la représentation artistique comme un moyen de nous rapprocher de la vérité spirituelle, ne se limite pas aux cent dernières années. La question a été débattue bien avant l’existence du christianisme. Trevor Hart note dans son essai Beholding the Glory, (Voir la gloire) : « L’artiste… commence à regarder le monde autour de lui, et ensuite, à partir de sa force d’observation, il offre une certaine perception de ce monde pour notre appréciation. Mais, comme Platon le fait remarquer, l’art, en agissant ainsi, nous éloigne un peu plus de la vérité car une copie d’une copie est vouée à être plus pâle et moins à la hauteur que la copie originale. »

Adoration ou idolâtrie ?

Le christianisme est la seule religion parmi les trois principales religions monothéistes à adopter des représentations de Dieu. Pour le judaïsme et l’islam, de telles représentations sont blasphématoires. Que devons-nous faire de cette pratique chrétienne qui est clairement condamnée dans la Bible ? 

La réponse est la même que pour tant d’autres thèmes : l’imposition de la chrétienté sur un monde païen a eu lieu aux dépens de vérités qui étaient évidentes pour l’Église qui succéda immédiatement aux apôtres du Christ.

Le fait que l’Église du premier siècle était résolument contre les images de Dieu rappelle les Dix Commandements donnés à Moïse et Israël au Sinaï. Et cette fermeté contraste franchement avec la capitulation aux icônes et images d’une Église ultérieure très différente.

Juste avant que Moïse ait réitéré les Dix Commandements, alors que la nouvelle génération d’Israélites s’apprêtait à entrer en Terre sainte, il précisa : « Et l’Éternel vous parla du milieu du feu ; vous entendîtes le son des paroles, mais vous ne vîtes point de figure, vous n’entendîtes qu’une voix » (Deutéronome 4 : 12).

Dieu n’a pas souhaité d’images de lui-même et il n’a pas souhaité non plus que son image soit gravée dans l’esprit des Israélites. Il voulait plutôt que ses paroles retentissent à leurs oreilles et à leurs cœurs. Des siècles plus tard, les paroles du Christ ont prouvé que le même Dieu souhaitait le même genre d’adoration. Jésus déclara : « Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4 : 23-24).

Les images et les statues qui prétendent représenter le Père, Christ ou Marie sont des distractions qui mènent à une impasse religieuse. Une grande partie de l’art religieux et son imagerie a soutenu des concepts erronés qui ont retenu les gens captifs d’enseignements et de dogmes très éloignés de la religion de Moïse et du Christ. Si nous regardions la volonté et le dessein de Dieu à travers ses paroles plutôt qu’à travers des siècles flous d’imagerie religieuse banale, nous pourrions en effet commencer à voir réellement Dieu – à son image et non à la nôtre.

DAVID F. LLOYD
traduit par Gaël Feltracco

 

TELECHARGEMENT 7, décembre, 2009

Posté par ali muslim dans : MP3 ISLAM , commentaires desactivés

Le Saint Coran : Français et arabe

1.Sourate: « L’ouverture »

TELECHARGEMENT dans MP3 ISLAM mp3 001alfatiha « louverture.mp3  »

112.Sourate : » le monothéisme pur  »

mp3 dans MP3 ISLAM 112alikhlas « lemonotheismepur.mp3  »

113.Sourate : »l’aube naissante  »

mp3 113alfalaq » laubenaissante.mp3 »

 114:Sourate: « Les Hommes  »

mp3 114annass « leshommes.mp3 « 

L’actualité islam

Posté par ali muslim dans : infos , commentaires desactivés
L’actualité

 

 

MOHAMMED : LE VRAI VISAGE DU PROPHETE DE L’ISLAM, Par Moussa Hormat-Allah
Date :
06/12/2009 à 14:25:38

MOHAMMED
LE VRAI VISAGE DU PROPHETE DE L’ISLAM
Par Moussa Hormat-Allah
ancien professeur à l’ENA de Rabat

Fruit de plusieurs années de recherche, ce livre a été écrit en réaction à l’islamophobie ambiante. L’islam et son Prophète sont l’objet d’un dénigrement systématique sur fond de clichés et de stéréotypes éculés qui n’ont rien avoir avec la réalité. Une vision réductrice, délibérément axée sur l’amalgame et la désinformation. Le présent ouvrage se veut avant tout un éclairage objectif fondé sur une vérité non tronquée pour pallier cette déformation des faits.

Dans l’introduction nous établirons un parallèle entre l’islam et les deux autres religions monothéistes. Nous mettrons en exergue l’inaltérabilité du Coran qui a été garantie par Dieu Lui-même après la manipulation des Ecritures antérieures. En revanche, nous montrerons précisément, preuves à l’appui, que beaucoup de passages de la Bible et de l’Evangile ont été manipulés, falsifiés, des fois même inventés de toutes pièces pour donner plus d’arguments à un enseignement liturgique que les docteurs de la loi voulaient récupérer à leur profit. Ainsi, il y a plusieurs bibles et plusieurs évangiles. La parole de Dieu a été manipulée, travestie. Mieux encore, ou plus grave encore, la main malveillante de l’homme a été jusqu’à rendre les deux parties d’un même texte antinomiques. En effet, des contradictions de fond existent entre les deux parties de la Bible (l’Ancien et le Nouveau Testament). Naturellement, il ne s’agit pas ici de partir en guerre contre le judaïsme ou le christianisme mais de rappeler une vérité élémentaire.

Dans le corps du développement, nous aborderons dans une première partie de façon succinctive la vie du Prophète. Puis nous essayerons de familiariser le lecteur avec le premier cercle autour de l’Envoyé de Dieu, en commençant par son entourage immédiat: ses épouses et ses compagnons. Nous nous intéresserons ensuite à un aspect souvent occulté par les biographes du Prophète à savoir le rôle qu’il a joué en tant que chef politique et militaire.

Le Prophète et les problèmes de société
Pour tordre le cou aux clichés, stéréotypes et autres idées reçues que les détracteurs de l’Islam mettent en avant pour justifier leur aversion pour la religion musulmane, nous consacrons cette deuxième partie du livre pour traiter d’un thème essentiel largement galvaudé et qui reste, somme toute, mal connu en Occident : Le Prophète et les problèmes de société notamment la condition féminine, les peines expiatoire, les minorités, l’esclavage, la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, la protection du consommateur, l’écologie…Sans oublier la lutte contre l’insalubrité et les problèmes de santé. En somme tout ce qu’on désigne aujourd’hui sous l’appellation : les problèmes de société.

Tout cela a été minutieusement étudié et codifié. Puis mis en application souvent sur injonction divine. Comme on le verra plus loin, l’Islam est en avance sur tous les sujets par rapport aux sociétés occidentales. Naturellement, la mauvaise interprétation de la législation musulmane (la chariâa), la présentation caricaturale partielle et partiale qu’en font les détracteurs de l’Islam en ont donné une image tronquée en déphasage complet avec la réalité et l’objectivité la plus élémentaire.

C’est cette image déformée, altérée et manipulée de l’Islam qu’on a toujours présenté à l’opinion publique occidentale depuis le moyen-âge chrétien. D’où ces préjugés, ce parti pris, cette intolérance et cette aversion, attisée en sous main par des mains expertes qui ne cachent pas leur hostilité, leur mépris et leur dédain, voire leur haine, pour l’Islam.

C’est donc un problème de contenant et non de contenu. Un problème de marketing qui a fait que l’Islam a été délibérément présenté aux sociétés occidentales avec un emballage hideux et repoussant, souvent incompatible avec les principes du siècle des Lumières.

Le Prophète et la science moderne
Au-delà des idées reçues, véhiculées par les détracteurs de l’islam, nous essayerons, sur tous ces points, de rétablir une vérité travestie. Puis nous montrerons, que ces problèmes dits de société, en vogue aujourd’hui, constituaient, déjà, la préoccupation, au quotidien, du Prophète.
La troisième partie du livre sera consacrée au Prophète et à la science moderne. On verra que le Coran et le Hadith fourmillent de vérités scientifiques que la science moderne vient toujours corroborer. Beaucoup de vérités scientifiques contenues dans le Coran n’ont pu être expliquées qu’au XXe siècle grâce aux progrès de la science moderne. Il s’agit de sujets scientifiques très pointus comme le Big bang, l’expansion de l’univers, la forme sphérique de la terre, la rotation du soleil et son voyage fatal vers l’Apex, les espaces interstellaires, les particules subatomiques, la fonction des montagnes sur terre, les vagues internes dans les profondeurs des océans, la formation de la pluie et le rôle des vents et des nuages, l’embryologie, l’origine cosmique du fer, l’identité cachée dans les empreintes digitales, les récepteurs de douleur chez l’homme, la fonction du lobe frontal dans le cerveau etc,etc. Toutes ces questions extrêmement compliquées et complexes ont été traitées avec précision et concision par le Coran. Plus de mille quatre cents ans après la science moderne vient, chaque fois, confirmer les versets coraniques.
Pour jeter la confusion et le trouble dans les esprits, l’Eglise avait répandue la rumeur que le Coran a été dicté au Prophète Mohammed par un moine chrétien. On aurait pu impunément colporter de telles rumeurs au VIIe siècle de l’ère chrétienne pour créer, à dessein, une polémique sur l’origine du Coran car les connaissances humaines de l’époque ne permettaient pas de vérifier et de recouper certaines données scientifiques contenues dans le Livre Saint et qui prouvent de façon indiscutable son origine divine. Mais avec les progrès de la science moderne et la parfaite adéquation entre celle-ci et les versets coraniques, on ne peut plus comprendre que certains milieux – toujours les mêmes – à court d’arguments, continuent à soutenir encore que le Coran aurait été soufflé par un mystérieux prêtre au Prophète Mohammed. Cela relève, pour le moins qu’on puisse dire, de la débilité mentale.

 Le Prophète et les occidentaux : de l’islamophobie à la conversion à l’islam de Napoléon Bonaparte, de Victor Hugo, d’Alphonse de Lamartine, de Goethe…
Nous réservons la quatrième partie du livre à ces sceptiques, à ces détracteurs du Prophète qui se complaisent dans une campagne permanente de dénigrement de l’Islam sur fond d’une islamophobie orchestrée par certains intellectuels et médias occidentaux.
Cette controverse est récurrente. Car le Prophète ne laisse pas indifférent. Et pour cause ! Sa mission prophétique est un événement planétaire qui a changé le cours de l’histoire de l’humanité. Avec son avènement, une page s’est tournée avec ses prophètes et ses religions. La société s’est ébrouée. Elle a été débarrassée du carcan pesant de l’idolâtrie et de l’obscurantisme. L’Islam devient le passage obligé pour la miséricorde divine et le salut de l’âme. Un phare qui éclaire tous les recoins de la planète.
En effet, l’islam est un patrimoine commun de l’humanité. Dieu en clôturant le cycle prophétique avec Mohammed a choisi pour l’éternité la religion musulmane. Les religions antérieures avaient un caractère temporel, conjoncturel. Chaque prophète était envoyé pour son peuple. Sa mission était donc limitée dans le temps et l’espace. En revanche, l’islam a une portée universelle qui transcende le temps et l’espace. Mohammed, sceau des prophètes a été envoyé à l’humanité toute entière.
C’est ainsi que des figures emblématiques de la civilisation et de la pensée occidentales ont choisi la conversion à l’Islam. Ils ont clamé haut et fort leur attachement et leur foi dans la religion musulmane. Le blackout total décrété par les pays occidentaux sur ces conversions n’y changera rien.
Napoléon Bonaparte, Goethe, Victor Hugo, Alphonse de Lamartine,…ont été touchés par la grâce et la miséricorde divines. Preuves indiscutables à l’appui, nous montrerons ou plus exactement nous démontrerons comment ils ont embrassé la religion musulmane.
Une partie du présent ouvrage sera donc consacrée à quelques unes de ces éminentes personnalités occidentales dont la conversion à l’Islam est restée cachée à l’opinion publique en France, en Allemagne, en Grande Bretagne,…Un véritable secret d’Etats. Mais qu’à cela ne tienne ! Ces conversions même tues officiellement n’en demeurent pas moins connues des initiés et constituent une preuve supplémentaire du message universel de l’Islam.
Chercheur, ancien professeur à l’ENA de Rabat, Moussa Hormat-Allah est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Chroniques sahariennes / Les enjeux géopolitiques et géostratégiques du conflit du Sahara. En vente sur Internet aux USA et en France (fnac.com), cet ouvrage est au programme de certaines universités américaines notamment la prestigieuse université Georgetown à Washington. MOHAMMED, Le vrai visage du Prophète de l’Islam est disponible dans les librairies et les supermarchés de Nouakchott

A prendre avec précautions !تم حجب هذه المواقع في دولة الإمارات ,, و هذا جهد يشكرون عليه ,,هذه الرسالة مهمة و خطيرة، تأكد من المواقع بنفسS’il vous plaît envoyez ce message à tous vos contacts!

الرجاء ارسال هذه الرسالة لكل من تعرف

Méfiez-vous des sites Web suivants:

انتبهوا من هذه المواقع على الأنترنت
:

1. www.answering-islam.org
2. www.aboutislam.com
3. www.thequran.com
4. www.allahassurance.com

Ces sites ont été développés par des Perturbateurs

Qui intentionnellement propagent de fausses informations sur le Coran, le hadith et l’islam !
وهم ينشرون معلومات خاطئة جدّاً عن القرآن والسنة والأحاديث النبويّة الشريفةوالإسل
S’il vous plaît diffuser cette information à tout les frères et soeurs musulmans à travers le monde

أستحلفكم بالله أن تنشروا هذه الرسالة لكل المسلمين في العالم

Vérifiez toujours la source de tout site Web islamique, même si elle est très convaincante

تأكد دائماً من مصدر المواقع التي تتحدث عن الإسلام

Un faux Coran américain

http://www.amazon.com/exec/obidos/tg/detail/-/1579211755/qid%3D1096805827/102-4933271-2395342
هذا الموقع يباع فيه نسخة محرّفة كاملة عن القرآن الكريم تم تأليفه من قبل اليهود والأمريكان الحاقدين
Le nouveau Coran américain, un dangeureux tour d’un nouveau Coran est distribué au Koweït intitulé  » The true Furqan

المشكلة العظمى أن هذا الكتاب بدأ انتشاره في الكويت بإسم (الفرقان الحق
)

Vous ne pouvez igorer celà, envoyer le à autant de musulmans que vous pouvez

أستحلفكم بالله أن لا تهملوا هذه الرسالة، إنصر الإسلام ولو برسالة

اللهــم هل بلــغت اللهم فاشهد

 » Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah ne veut que parachever sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants. »
At-Tawba 9 32

Answering Islam, A Christian-Muslim Dialog and Apologetic

Source : www.answering-islam.org

Islam |
ANGULO - OVVERO UNA CASA DI... |
anneecalvin2009 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAN RICCARDO PAMPURI O.H. -...
| grenouilledebenitier
| traditionprimordiale